millemillefeuille

Exposition d'art contemporain à l'Institut français de Berlin du 16.02 au 27.04.2012

Le Catalogue-Carte disponible en pdf.

Catalogue/Carte disponible en pdf

Publicités

FINISSAGE /// 17 Avril /// 19h ///// Exposition ouverte Jusqu’au 19 Avril

Promenade dans l’exposition Millefeuille

En vente chez ZADIG französische Bücher, Linienstrasse 141, Mitte – Berlin et à BÜCHERBOGEN am Savignyplatz, Stadtbahnbogen 593, Berlin

Le Catalogue de l’exposition est en Vente chez Zadig – la librairie française de Berlin. (10€) http://www.zadigbuchhandlung.de/

et à Savignyplatz chez Bücherbogen

http://www.buecherbogen.com/savigny.html

vernissage

AUJOURDH’UI / HEUTE Vernissage 7:00 Kürfurstendamm 211-Berlin

C’est sûr, nous mangerons du Millefeuille !

 

J-1

Millefeuille, mille paysages contenant milles histoires, mille-strates de sédimentations millénaires, mille connexions, mille points de vue, mille confrontations, mille accords.

Un monde de déplacements et d’échanges dominés par la vitesse.

Que nous reste-t-il ou bien que pouvons nous garder?

L’ accrochage de l’ exposition révèle des points de vues multiples sur des paysages et ce qu’ils nous racontent. Chaque œuvre en soi apporte des indices. L’ ensemble de ces strates raconte d’ autres histoires.

L’exposition est conçue comme un grand paysage où chaque artiste apporte une pièce issue de son environnement personnel et dans celle-ci une histoire que nous pouvons déterminer aussi comme collective.

Une des questions considérées par les artistes est la place de l’individu dans la société. Comment l’artiste garde son identité tout en participant à un travail commun?

N’étant pas un collectif, les artistes de l’exposition interrogent cette position et ont choisi de travailler ensemble sur une seule pièce: le millefeuille.

À partir de bois récupéré dans la ville, ils commencent à construire une structure sous forme de modules. Cette structure passe par différentes étapes: comment reconstituer la pièce ailleurs? de quelle manière la transporter? Le déplacement d’un lieu à un autre, l’organisation, la méthode à suivre, la numérotation sont autant de mode d’emploi pour permettre la reconstitution du millefeuille dans l’espace de l’institut. La construction est dans l’agir, comment comprendre le mécanisme de l’objet et comment intervenir dessus?

Le millefeuille devient une sculpture sociale dans le sens du processus du travail des artistes incluant toutes les confrontations et les compromis que cela implique. C’est une installation in situ qui part de la simple structure du millefeuille: celle de la superposition, quelque chose en principe de précis et ordonné. Tout système, aussi monotone qu’il soit, casse. Il est en devenir. Le choix de la forme du millefeuille avec une faille est le résultat de discussions animées et de compromis entre les artistes. C’est une sculpture sans fin, elle est vivante, humaine et indéfinie.

Ce sont des strates du temps, finalement une expérience et une métaphore de l’histoire.

Sa présence n’est pas déliée du reste des œuvres. Chaque pièce est placée dans l’espace avec des échanges entre les artistes. Le passé étant le matériau de construction du présent et la description d’un monde en perpétuel devenir, les œuvres sont autant d’histoires personnelles liées à d’autres histoires personnelles.

Loin d’une certaine mélancolie, nos paysages y compris nos ruines font partie intégrante et dynamique de notre culture européenne.

Ces points de vue multiples, ces connexions visibles et invisibles, permettent au spectateur de bouger dans un paysage créé par tous.

Diana Righini

Curatrice / Kuratorin